DEMARCHE ARTISITQUE

Dans mes photographies j’associe toujours la figure du corps humain à un décor. Ce décor, variable, surchargé d’objets ou sobre, est rarement l’environnement immédiat des modèles. Mon but n’est pas de refléter leurs conditions de vie, ni de souligner leur statut social ou leur appartenance à une culture précise, mais plutôt de laisser champ libre à l’interprétation du spectateur…
Cette mise en scène suggère une ambiance, et donne naissance à une narration.

Chaque spectateur reconstruit sa propre histoire selon  la charge symbolique qu’il accorde aux éléments composant l’image. L’essentiel étant de créer chez le spectateur un impact fort, qui lui permette de développer une lecture personnelle de l’arrangement scénique déjà préfiguré.

J’ai choisi de représenter des corps seuls ; il y a parfois deux corps mais ils n’entrent pas en interaction. Tous les modèles incarnent des figures isolées, corps abandonnés dont les visages souvent à moitié dissimulés expriment la solitude, la lassitude ou l’ennui. Néanmoins mon approche ne tend pas à mettre l’accent sur le côté marginal de leur statut.

Dans mes photos un autre thème récurrent apparaît : la notion de perte de repères. Placés hors de leurs « milieu naturel », dans des poses parfois peu naturelles, les modèles deviennent des marionnettes comme sous le contrôle d’une force extérieure. Cet aspect  inanimé marque une certaine impuissance face à la spontanéité du corps ; Figés par le poids des convenances, ils sont comme happés par le décor. Seule leur nudité les révèle.

Les enfants n’incarnent pas les valeurs qu’on leur associe traditionnellement : innocence, joie de vivre qu’on cherche à retenir par l’image… Hiératiques, solennels, ils n’ont rien de puéril.